Mumlife Non classé

    Quand le couple vacille

    11 avril 2018

    Il y a les photos, les réseaux sociaux, les sourires aux réunions de famille, pendant une soirée avec les potes… et puis il y a le quotidien. Les regards noirs, les mots durs, le silence, la distance. Parce que tu n’as pas dormi depuis des mois, parce que la répétition chaque matin et chaque soir d’une routine bien rodée mais lourde t’épuise, parce que tu as morflé pendant l’accouchement et que depuis tu te sens mal ou encore parce que aucun des deux n’a plus le temps de faire ce qui le fait vibrer, lui, le couple peut bêtement, banalement s’étiole. Et des disputes arriver, avec l’arrivée des enfants

    Nous le vivons presque toutes et tous. Pas la peine de faire genre « Pas moi, non, non, tout va bien » (ou alors tu as une sacrée chance, ou beaucoup d’argent et tout plein de gens pour t’aider,  ou tu prends beaucoup de drogue), bref, pas de politiquement correct ici, quand je discute avec vous, avec des copines ou des inconnues sur les réseaux, c’est clair : ce n’est la panacée pour personne. On cherche des solutions, on s’accroche, on positive, on tente de se faire du temps pour soi, pour nous, bref, chacun lutte comme il peut à ce qui semble être une fatalité, en général, mais en particulier quand on a des enfants.

    Nous le gros problème, c’est le manque de sommeil qui nous mine. Alors on fait le dos rond, on attend que ça passe, que les nuits soient meilleures, que les filles grandissent, mais parfois je me demande, comme beaucoup d’entre vous me l’ont confié : « Et si ça ne revenait pas ?». Je me dis qu’on ne va pas pouvoir passer une vie comme ça, en ayant troqué la flamme contre la flemme permanente.

    On ne s’était jamais disputés avant d’avoir un enfant. On ne s’est jamais autant disputés que depuis qu’on en a deux.

    Pour essayer de comprendre, j’ai un peu passé au crible ce qui nous stresse ou nous divise. J’ai alors eu une pensée culpabilisante que je n’avais jamais eue avant : j’ai imaginé comment on irait si nous n’avions que notre première fille. Je me suis dit que l’on serait plus heureux. Gloups ! J’ai imaginé des nuits complètes, des soirées dehors plus souvent et plus tôt (et pourtant, on sort), j’ai imaginé des activités plus fun le WE (au lieu de composer avec les siestes), j’ai imaginé le temps pour nous, séparément et ensemble. Pourtant, ne soyons pas de mauvaise foi, tout n’est pas la faute de notre seconde fille adorée. C’est l’ensemble. Une copine m’a dit que pour elle ça avait vraiment commencé à chier avec le deuxième enfant et était d’accord pour dire qu’étrangement, le second enfant semble multiplier par 1000 le rythme et les obligations (alors qu’en toute logique tu t’attendais à ce que ça les multiplie par 2).

    Mais alors, le couple est-il compatible avec les enfants ? (et vice versa) Je pose la question !

    Faut-il juste passer le cap, le tunnel des premiers mois/années ? A quoi ça tient finalement qu’on s’engueule ou pas ? Qu’on reste ensemble ou pas ?

    Toutes les copines (TOUTES) vivent ça, je le répète, au moins à une période. Certtaines retombent sur leurs pieds, d’autres nom. Coucou lectrice derrière l’écran, sache-le, (et n’ai pas honte) tu n’es pas seule !! Pas seule à ne plus trop baiser parce que t’es crevée, que tu t’es pris la tête avec ton mec, que c’est pas le bon moment… Pas seule à en vouloir à ton mec au point de parfois penser te barrer, tout simplement. Pas seule à t’en faire pour la suite quand les divergences se font sur l’éducation ou d’autres sujets importants à vie. Pas seule à avoir l’impression de te plaindre et de ne pas être entendue, à te trouver moche et grosse, molle, à ne plus te ressembler, à ne pas réussir à reprendre le dessus. A culpabiliser pour les enfants parce que tout ça est sans doute un peu/beaucoup de ta faute, penses-tu, et que bien sûr ils en pâtissent.

    N’en déplaise aux bien-pensants que j’entends d’ici taxer cet article de déprimant ou négatif. Vos gueules : c’est vraiment comme ça. Bien sûr, on ne l’avoue pas (trop), mais nous sommes beaucoup beaucoup dans ce cas. Faut arrêter avec le mythe savament entretenu de la famille Ricorée ou des pubs Gap (ou des comptes Instagram ultra léchés qui sentent un peu trop le #bonheur et la perfection pour être crédibles) (moi je suis plutôt team #reallife sur Insta)

    En revanche, certains semblent avoir des solutions, ou disons avoir réussi à tenir le choc. Oui oui les filles, on voit même dans la rue des couples heureux, détendus et souriants, avec chacun un enfant dans une main. Serait-ce ça qui fait tenir ? L’espoir de se retrouver quand enfin les enfants ne monopoliseront plus le devant de la scène/du lit/des soirées/des vacances.

    Quand on sera sorties des couches-purées-dents-gastro-otite-pas-de-place-en-crèche. (ah oui bien sûr, ça compte ça hein, surtout quand comme moi on bosse à la maison, avec 3 jours de crèche seulement : la folie me guette parfois à devoir faire tenir une semaine entière en 2 jours seulement, because en plus des deux jours avec la minus, le mercredi j’ai la grande). La famille ça compte aussi hein (en 3 ans nous avons dormi sans enfant une unique nuit car nous n’avons personne à qui les laisser en toute confiance pour l’instant). Sure que ceux qui sont bien entourés et ont pu ou peuvent régulièrement partir en vacances/en week end seuls, en laissant les enfants en confiance, ont plus de facilité à récupérer et se retrouver.

    Ceci dit, ce que je me dis malgré ça c’est que l’on n’est pas du tout les plus à plaindre. Au final on s’engueule presque uniquement sur la forme, parce qu’on est excédés, fatigués (surtout moi), et un peu déprimés côté boulot. Mais je pense à ceux et celles qui ont un enfant malade (inquiétude, analyses, hôpital…), qui sont eux même malades, qui se fightent sur des sujets de fond, sur les thunes, qui ont un appart trop petit, un job difficile… ça aide à relativiser… Tant qu’on n’en est pas à ne plus se supporter du tout, je pense de toute façon que la vie peut être aussi monotone -voir plus- séparément qu’ensemble. Faut pas croire : à deux c’est quand même plus facile (poke les mamans célibataires à qui je tire mon chapeau), et ceci même si nous avons constaté combien il est plus facile (pour nous) de s’occuper des enfants séparément. C’est-à-dire que quand l’un des deux fait un truc de A à Z, ça se passe mieux que si on essaie ensemble car on le fait comme on veut, comme on le sent selon un processus maîtrisé ; si l’autre intervient (souvent pour dire n’oublie pas ceci, ou fais comme cela), ca complique au final. C’est pareil chez vous ? Du coup on essaie de se partager des tâches entières pour éviter de se critiquer.

    Nous ce qui nous rassure c’est aussi de se dire que d’abord rien n’aurait été pareil si on avait dormi : un an de nuits coupées hachées, à ne dormir que 3 ou 4 h d’affilée, ça abime très très fort à l’intérieur. On se dit que n’importe qui aurait pété les plombs. Serait nerveusement usé. Et puis on n’est pas pressés. On est conscients qu’à trop vouloir être « comme avant » maintenant, on va être malheureux (d’autant que plus rien ne sera jamais comme avant, autant l’accepter hein, ni mes seins, ni nos week ends !) (et tant mieux) (pour les week ends…). Alors on accepte de passer par la case « équipe ». On assume le côté entraide. On essaie de rire du fait que regarder une série à 21h après avoir mangé la fin des pâtes des filles est parfois le sommet de notre vie de couple. Ça vous parle ?

    Hey, pssst ! Vous savez quoi ? Une fois on est allés au restaurant, et va savoir pourquoi on s’est embrassés comme ua premier jour. Comme ça. Donc ça peut revenir (pour autant que l’on n’a pas les mains dans le caca et du vomi sur l’épaule) (ou l’inverse).

    Et puis il y a 15 jours, on a fait un truc de dingue.

    Mais vraiment fou.

    Qu’on n’avait pas fait depuis 4 ans.

    Nous sommes allés au cinéma.

    Carrément.

    Les dingos.

    Alors il y a bien de l’espoir, non ?

     

    PS : si tu as lu cet article et que tu ne vois pas, mais alors pas du tout de quoi je parle, bah… ne dis rien va, merci 😉

  • Beauté

    Geste beauté spécial mums: les lotions peeling

    Salut les Jolies Mums et toutes les filles pressées ! Mon astuce beauté du jour c’est l’utilisation de lotions peeling pour avoir une belle peau, sans imperfection, plus lumineuse et plus lisse, avec un geste…

    22 mars 2018
  • Beauté

    Age Protect d’Uriage, validé pour les mums!

    Vous saviez qu’Uriage faisait des produits pour nous les Jolies Mums? En plus d’Age Protect, ils font bien sûr des produits pour bébé, que j’aime vraiment beaucoup d’ailleurs – perso je suis fan des…

    21 octobre 2017